A propos

Bienvenue sur Crisps !

De l'idée à la réalisation

Je m’appelle Olivier Mathonat, je suis adjoint du Directeur des études à l’Ircom, une école supérieure de communication à Angers. Ponctuellement, je travaille sur des projets de graphisme avec mes étudiants : n’hésitez pas à me contacter pour échanger à ce propos. Vous pouvez voir mon profil Linkedin en cliquant ici.

Vous trouverez sur ce site quelques-uns de mes travaux. Comme dans ma (vraie) vie, il y a un peu de tout : du graphisme, de la rédaction, de l’alimentaire, du web, des projets bénévoles, des idées absurdes, etc.

Mais pourquoi « crisps » ? La réponse est un peu plus bas !

Hop, paf, boum, pfiou !

On est censé donner à son site un nom évocateur, un brin mystérieux, avec effet wahou intégré. A première vue, appeler son site «chips», même si c’est en anglais, revient à se tirer une balle dans le pied.

Mais pourquoi crisps ?

Il en va des mots comme des gens. Certains sont prétentieux ou pompeux, d’autres sont efficaces, d’autres encore sont un peu vieillots mais toujours vaillants. Il y en a également qui ne paient pas de mine mais recèlent, sans en avoir l’air, des trésors d’ingéniosité. Le mot « crisps », qui veut dire chips en anglais, est de ceux-là.

En effet, sous ses airs suédois (5 consonnes pour un mot de 6 lettres !), crisps est une exception : c’est à la fois un nom commun et une onomatopée. Il décrit, en un mot et non pas en cent, le bruit que font les chips quand elles craquent sous la dent. (Hop, un alexandrin !)

Ce petit mot de rien du tout est donc à la fois le message et le messager, le contenu et le contenant. C’est pour moi le sommet de la communication.

La forme n’est plus un cache-misère ou un faire-valoir. La forme est le fond. En créant ce terme au XIXe siècle, la perfide Albion a devancé sans le savoir Marshall Mc Luhan pour qui le « média est le message ».

Dans tous mes travaux, j’ai essayé de faire en sorte que le fond et la forme soient indissociables, qu’ils se répondent.  Que la forme soit le fond qui remonte à la surface, en somme. A vous de me dire si j’y suis parvenu.

 

J’ai travaillé pour eux

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!